Ensemble lingerie fine : les déclinaisons coquines seront multiples

De la lingerie académique à une bonneterie de l’attirance impudique

Une lingerie existe depuis l’Antiquité, cependant la bonneterie ne pouvait guère être qualifiée de sensuelle à cette époque. Elle permettait essentiellement à cacher le torse des femmes qui était réputé licencieux. Une bonneterie plus récente arrive à la Renaissance, avec l’invention des corsets. Insuffisamment confortable, il est surtout destiné à rendre plus fine la taille ou à immobiliser le dos droit. Il est réservé à la noblesse. Au 16e s., la culotte en coton se popularise. Nous sommes toujours loin de la lingerie coquine.

Le balconnet est fabriqué 1904, et il reste un accessoire propre. En ce XXe s., les demoiselle apprécient également utiliser des bas qui épurent leurs jambes et appellent les regards des mâles. Malheureusement cette mode sera régulièrement associée à la débauche. Elles aiment mieux la bonneterie classique qui est singularisée par les colories chair ou sombres et des courbes passe-partout. C’est vers la fin du 20e s. que plusieurs créateurs tels que Jean Paul Gaultier remettent le fantasme au centre de la lingerie en mêlant badinage et élégance.

Une lingerie sexy devra discerner la juste mesure entre polissonnerie et grossièreté pour encourager la convoitise sans être obscène. La bonneterie coquine use des références du monde du music-hall. Les cotons sont enlevés au profit des soieries.

L’attraction est au centre de la lingerie sensuelle. Si le noir et le couleur rose font généralement leur impression, la couleur ultime de l’attirance amoureuse est généralement exploitée à savoir le rouge. Porter de la lingerie sexy est une promesse de libertinage. Cette lingerie coquine suggère plus qu’elle ne montre. Les guêpières sont des incontournables de la bonneterie sexy et habillent le corps. La bonneterie sexy modifie l’épouse sobre en créature sexy. Les matières transparences révèlent ce qu’il faudra de peau afin de susciter l’envie.

Lingerie : ce qu’il faut posséder dans les placards?

Tout d’abord, on devra adroitement savoir sa corpulence. La taille inappropriée pour un bonnet et il sera gênant à porter. En suite, on trouvera dans un placard optimal des sous-vêtements pur coton. On trouvera ainsi quelques vêtements de lingerie de grands fabricants, sans négliger la lingerie spécifique au sport de type brassière. Il est pareillement avantageux d’avoir toujours quelques lingeries de couleur peau. Et finalement, préférez les lingeries sans bretelles qu’avec bretelles transparentes. Celles-ci seront inélégantes et jaunissent rapidement à l’utilisation.